Le Parlement devrait davantage agir en tant qu'"auteur de l'élaboration des politiques", a-t-il souligné lors de l'émission De Ochtend de la chaîne publique flamande VRT.

C'est pourquoi Groen et Ecolo ont élaboré une série de propositions, comprenant notamment une contribution de crise visant les grandes fortunes et une indemnité pour les personnes en chômage temporaire, a expliqué M. Calvo, rejoint dans ses propos par son homologue francophone Georges Gilkinet dans une interview publiée par le journal 'La Libre Belgique'.

Selon lui, les deux partis écologistes souhaitent l'avènement d'un "printemps solidaire".

Les Verts proposent ainsi concrètement de réduire temporairement le prélèvement sur les cotisations sociales pour les salariés en chômage temporaire de 26,75% à 16,75%. "De cette façon, nous garantissons rapidement un revenu plus élevé aux personnes en chômage temporaire. Et cela est particulièrement bon pour les salaires les plus bas, car en moyenne on retient trop sur leurs salaires", a expliqué M. Calvo.

Il préconise, tout comme M. Gilkinet - qui identifie six grands chantiers à mener -, de réfléchir à l'instauration d'une contribution de crise touchant les plus grosses fortunes afin d'anticiper la crise des finances publiques qui s'annonce.

Les écologistes appellent aussi le gouvernement fédéral à s'inspirer de l'exemple du Danemark et de la Pologne, deux pays qui ont décidé d'imposer de nouvelles conditions aux mesures de soutien aux entreprises pour les aider à traverser la crise liée au coronavirus, dont le refus d'aider les entreprises enregistrées dans des paradis fiscaux.

M. Calvo a également exprimé le refus des écologistes de prolonger les pouvoirs spéciaux accordés fin mars pour une période de trois mois renouvelable par le parlement au gouvernement minoritaire dirigé par Mme Wilmès (MR) afin de faire face à la crise du Covid-19.

"Le Parlement a déjà tous les pouvoirs pour assurer ensemble un printemps de solidarité", a précisé le député Groen.

Les écologistes rejoignent ainsi le point de vue exprimé par d'autres partis, comme le sp.a et la N-VA.

Le Parlement devrait davantage agir en tant qu'"auteur de l'élaboration des politiques", a-t-il souligné lors de l'émission De Ochtend de la chaîne publique flamande VRT. C'est pourquoi Groen et Ecolo ont élaboré une série de propositions, comprenant notamment une contribution de crise visant les grandes fortunes et une indemnité pour les personnes en chômage temporaire, a expliqué M. Calvo, rejoint dans ses propos par son homologue francophone Georges Gilkinet dans une interview publiée par le journal 'La Libre Belgique'. Selon lui, les deux partis écologistes souhaitent l'avènement d'un "printemps solidaire". Les Verts proposent ainsi concrètement de réduire temporairement le prélèvement sur les cotisations sociales pour les salariés en chômage temporaire de 26,75% à 16,75%. "De cette façon, nous garantissons rapidement un revenu plus élevé aux personnes en chômage temporaire. Et cela est particulièrement bon pour les salaires les plus bas, car en moyenne on retient trop sur leurs salaires", a expliqué M. Calvo. Il préconise, tout comme M. Gilkinet - qui identifie six grands chantiers à mener -, de réfléchir à l'instauration d'une contribution de crise touchant les plus grosses fortunes afin d'anticiper la crise des finances publiques qui s'annonce. Les écologistes appellent aussi le gouvernement fédéral à s'inspirer de l'exemple du Danemark et de la Pologne, deux pays qui ont décidé d'imposer de nouvelles conditions aux mesures de soutien aux entreprises pour les aider à traverser la crise liée au coronavirus, dont le refus d'aider les entreprises enregistrées dans des paradis fiscaux. M. Calvo a également exprimé le refus des écologistes de prolonger les pouvoirs spéciaux accordés fin mars pour une période de trois mois renouvelable par le parlement au gouvernement minoritaire dirigé par Mme Wilmès (MR) afin de faire face à la crise du Covid-19. "Le Parlement a déjà tous les pouvoirs pour assurer ensemble un printemps de solidarité", a précisé le député Groen. Les écologistes rejoignent ainsi le point de vue exprimé par d'autres partis, comme le sp.a et la N-VA.