Jeudi matin, une lettre envoyée par Christine Defraigne aux instances du MR avait fuité sur Twitter. L'ex-présidente du Sénat et Première échevine liégeoise y faisait part de ses "plus expresses réserves sur la procédure électorale interne au parti", dénonçant au passage "une confiscation du pouvoir et une dérive anti-démocratique". "Il me revient que l'appareil du parti pourrait déclarer ma possible candidature à la présidence du MR irrecevable au motif que je ne ferais pas partie du Comité général", y écrivait-elle notamment. Relayé par les médias, le courrier de Christine Defraigne a fait réagir Denis Ducarme. "Cet aspect de nos statuts étant sans doute sujet à interprétation, sinon un peu dépassé, et risquant de rendre le processus électoral interne sans doute un peu fragile, il me semblait utile d'attirer ton attention sur l'importance de respecter l'esprit de nos statuts et le pluralisme qui fait la force de notre Mouvement", a-t-il ainsi écrit à Charles Michel, l'actuel président du MR en partance pour le Conseil européen. (Belga)