"Au total, il y a eu 2.006 décès", ajoute le comité national multisectoriel dans son bulletin daté de jeudi. "902 personnes" ont en revanche été déclarées guéries. La fièvre hémorragique Ebola, hautement contagieuse, provoque la mort d'entre 25 et 90% des malades, selon l'organisation mondiale de la santé (OMS). Il n'existe ni traitement ni vaccin commercialisé, mais plusieurs pistes sont à l'essai. Déclarée le 1er août 2018, l'actuelle épidémie d'Ebola en RDC est la dixième sur le sol congolais. Elle est la deuxième plus importante dans l'histoire de la maladie à virus Ebola après celle qui a entraîné la mort de près de 11.000 personnes en Afrique de l'Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone) en 2013-2014. Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres arrive samedi en RDC pour soutenir la riposte contre Ebola. Il va se rendre à Goma puis à Beni, important foyer de l'épidémie. Vendredi, l'OMS a lancé un nouvel appel à davantage d'efforts dans la lutte contre l'épidémie. "Il est urgent de renforcer sur place le système des soins de santé", a estimé le directeur de l'organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Il sera lui aussi en visite dans le pays durant le week-end. (Belga)