Ils souhaitent par ailleurs que la période d'attente, c'est-à-dire la période avant les soldes au cours de laquelle les annonces de remises sont interdites, s'étale comme d'habitude un mois avant les soldes, c'est-à-dire du 1er juillet au 31 juillet. La plupart des organisations représentatives des commerçants et des indépendants s'était prononcée en faveur de cette mesure. Les circonstances actuelles ne permettaient plus de conserver la date traditionnelle de début juillet. Les secteurs de la mode et de l'habillement sont durement touchés par la crise du coronavirus. L'épidémie s'est déclarée avant que les ventes d'été ne puissent vraiment commencer et la vente en ligne ne permet pas de compenser l'absence de vente en magasin. De plus, les commerçants viennent d'acheter leur collections d'hiver et doivent payer leurs fournisseurs alors qu'ils sont confrontés à une baisse ou une absence de revenus liés à la vente. (Belga)

Ils souhaitent par ailleurs que la période d'attente, c'est-à-dire la période avant les soldes au cours de laquelle les annonces de remises sont interdites, s'étale comme d'habitude un mois avant les soldes, c'est-à-dire du 1er juillet au 31 juillet. La plupart des organisations représentatives des commerçants et des indépendants s'était prononcée en faveur de cette mesure. Les circonstances actuelles ne permettaient plus de conserver la date traditionnelle de début juillet. Les secteurs de la mode et de l'habillement sont durement touchés par la crise du coronavirus. L'épidémie s'est déclarée avant que les ventes d'été ne puissent vraiment commencer et la vente en ligne ne permet pas de compenser l'absence de vente en magasin. De plus, les commerçants viennent d'acheter leur collections d'hiver et doivent payer leurs fournisseurs alors qu'ils sont confrontés à une baisse ou une absence de revenus liés à la vente. (Belga)