Puisque chaque université a le droit de fixer les modalités d'examen et le traitement des absences pour maladie comme elle le souhaite, la situation des étudiants bloqués chez eux à cause du Covid-19, varie d'un établissement à l'autre. Pour l'université de Namur par exemple "des solutions sont trouvées au cas par cas", selon la vice-rectrice, Annick Castiaux. "Dans la mesure du possible, une solution alternative leur est proposée au sein de la session concernée, si ce n'est pas possible, l'examen peut en général être repassé en juin ". A l'Université de Mons, où 80% des examens se font à distance, Valéry Saintghislain, directeur de la communication, se veut également rassurant : "Il n'y aura pas de report systématique à une autre session, la philosophie est d'essayer de trouver une solution à l'intérieur de la session actuelle, c'est-à-dire, au courant du mois de janvier." Les universités comptent donc sur la bonne volonté des professeurs pour organiser une alternative et éviter que la crise sanitaire impacte le parcours des étudiants concernés. (Belga)

Puisque chaque université a le droit de fixer les modalités d'examen et le traitement des absences pour maladie comme elle le souhaite, la situation des étudiants bloqués chez eux à cause du Covid-19, varie d'un établissement à l'autre. Pour l'université de Namur par exemple "des solutions sont trouvées au cas par cas", selon la vice-rectrice, Annick Castiaux. "Dans la mesure du possible, une solution alternative leur est proposée au sein de la session concernée, si ce n'est pas possible, l'examen peut en général être repassé en juin ". A l'Université de Mons, où 80% des examens se font à distance, Valéry Saintghislain, directeur de la communication, se veut également rassurant : "Il n'y aura pas de report systématique à une autre session, la philosophie est d'essayer de trouver une solution à l'intérieur de la session actuelle, c'est-à-dire, au courant du mois de janvier." Les universités comptent donc sur la bonne volonté des professeurs pour organiser une alternative et éviter que la crise sanitaire impacte le parcours des étudiants concernés. (Belga)