"Les ministres du G7 ont proféré des accusations infondées à l'encontre de la Chine et se sont grossièrement ingérés dans ses affaires intérieures", a déclaré devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin. Réunis mercredi à Londres, les ministres des sept pays (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni) ont appelé Pékin à "respecter les droits de l'Homme et les libertés fondamentales". Le G7 s'est dit "inquiet" des violations des droits fondamentaux en particulier au Xinjiang (nord-ouest de la Chine) où la minorité musulmane des "Ouïghours et les membres d'autres groupes ethniques et religieux minoritaires sont pris pour cible". A propos de Hong Kong, où Pékin a imposé l'an dernier une loi sur la sécurité nationale, les ministres ont reproché au régime communiste "d'éroder fondamentalement les éléments démocratiques du système électoral" dans l'ex-colonie britannique. En réponse, M. Wang a appelé jeudi les pays du G7 à "s'occuper de leurs problèmes". (Belga)

"Les ministres du G7 ont proféré des accusations infondées à l'encontre de la Chine et se sont grossièrement ingérés dans ses affaires intérieures", a déclaré devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin. Réunis mercredi à Londres, les ministres des sept pays (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni) ont appelé Pékin à "respecter les droits de l'Homme et les libertés fondamentales". Le G7 s'est dit "inquiet" des violations des droits fondamentaux en particulier au Xinjiang (nord-ouest de la Chine) où la minorité musulmane des "Ouïghours et les membres d'autres groupes ethniques et religieux minoritaires sont pris pour cible". A propos de Hong Kong, où Pékin a imposé l'an dernier une loi sur la sécurité nationale, les ministres ont reproché au régime communiste "d'éroder fondamentalement les éléments démocratiques du système électoral" dans l'ex-colonie britannique. En réponse, M. Wang a appelé jeudi les pays du G7 à "s'occuper de leurs problèmes". (Belga)