"Les enfants sont désespérés, l'accès à l'éducation est un problème important surtout dans les camps surpeuplés d'enregistrement et d'identification" (hotspots) situés sur les cinq îles de la mer Egée (Lesbos, Chios, Samos, Leros et Kos), a déploré auprès de l'AFP Boris Cheshirkov, porte-parole du HCR-Grèce. Environ 35.500 migrants et réfugiés vivent dans des conditions sordides sur ces îles, dont environ 12.000 sont mineurs, a-t-il précisé. Le manque de scolarisation provient surtout de la coordination défaillante entre les autorités locales et l'Etat pour le transport des enfants à l'école, ou du retard pris dans l'envoi de professeurs et instituteurs pour faire classe l'après-midi aux migrants mineurs dans les écoles publiques. (Belga)

"Les enfants sont désespérés, l'accès à l'éducation est un problème important surtout dans les camps surpeuplés d'enregistrement et d'identification" (hotspots) situés sur les cinq îles de la mer Egée (Lesbos, Chios, Samos, Leros et Kos), a déploré auprès de l'AFP Boris Cheshirkov, porte-parole du HCR-Grèce. Environ 35.500 migrants et réfugiés vivent dans des conditions sordides sur ces îles, dont environ 12.000 sont mineurs, a-t-il précisé. Le manque de scolarisation provient surtout de la coordination défaillante entre les autorités locales et l'Etat pour le transport des enfants à l'école, ou du retard pris dans l'envoi de professeurs et instituteurs pour faire classe l'après-midi aux migrants mineurs dans les écoles publiques. (Belga)