Ces montants, d'une hauteur de 272.813 euros, devront être remboursés à l'ISPPC avant juin 2019 par les 41 administrateurs concernés, parmi lesquels le président du MR Olivier Chastel ou le député fédéral Eric Massin (PS).
...

Ces montants, d'une hauteur de 272.813 euros, devront être remboursés à l'ISPPC avant juin 2019 par les 41 administrateurs concernés, parmi lesquels le président du MR Olivier Chastel ou le député fédéral Eric Massin (PS).C'était un des détonateurs des affaires qui ont frappé l'ISPPC : le 25 février dernier, nos confrères de La Nouvelle Gazette révélaient qu'un système de doubles jetons de présence avait cours dans l'Intercommunale, en infraction avec la législation wallonne. Lorsque des réunions d'instances différentes se tenaient le même jour, leurs participants, souvent partiellement ou entièrement les mêmes, étaient rétribués deux fois. Aucun de ceux-ci n'était, affirme-t-on à Charleroi, conscient de l'illégalité de ce système, ni, pour certains, de son application même. L'administrateur délégué de l'ISPPC, Laurent Levêque, avait été averti dès 2015 de ce problème. "Peut-être n'ai-je pas bien pris la mesure de cet avertissement", expliquait-il en substance à nos confrères. Les administrateurs concernés, c'était prévu, vont devoir rembourser les sommes indûment perçues. La liste des mandataires, ainsi que l'ampleur des remboursements qu'ils devront effectuer, est parvenue au Vif/L'Express. On y trouve des noms connus, comme celui d'Olivier Chastel (MR), administrateur de 2008 à 2013, qui devra remettre 8.400 euros, des socialistes Eric Massin (actuel vice-président et administrateur depuis 2013, 3.562 euros) et Jacques Van Gompel (administrateur jusqu'à 2013, 6.526 euros) ou de l'humaniste Véronique Salvi (vice-présidente, elle perçoit une rémunération fixe, mais devra tout de même remettre 705 euros). La bourgmestre de Courcelles Caroline Taquin (MR) est celle qui devra restituer le plus d'argent (16.276 euros), tandis que son lointain prédécesseur, Ernest Glinne (PS, puis ECOLO) ne pourra certainement pas rendre les 1.617 euros injustement reçus : il est décédé depuis 2009, comme l'est le Châtelettain Michel Filleul (PS) depuis 2016.