Ce Canadien est à la tête de la commission indépendante qui a été chargée par l'Agence mondiale antidopage (AMA), en mai dernier, de faire la lumière sur les soupçons de système bien huilé de dopage et de camouflage d'échantillons douteux au sein de la délégation russe des JO d'hiver de 2014, soupçons entre autres nourris par les révélations de l'ex-patron du laboratoire antidopage de Moscou Grigory Rodchenkov. Celui-ci avait raconté au New York Times, en mai, qu'une incroyable tricherie à grande échelle avait été mise en place durant les JO de Sotchi, parlant même d'une trappe installée dans le laboratoire et permettant aux services secrets russes de venir échanger les échantillons douteux de sportifs russes, dont ceux d'athlètes médaillés. Rodchenkov, aujourd'hui exilé aux Etats-Unis avait aussi affirmé avoir créé spécialement pour la délégation russe un cocktail de produits dopants. Selon les conclusions du rapport McLaren, de telles pratiques d'escamotage au sein du laboratoire de Moscou, selon la technique du "positif disparu" sont bien avérées, et elles auraient également eu lieu avec des échantillons des Mondiaux d'athlétisme de Moscou, en 2013. Le ministère russe des sports a "contrôlé, dirigé et supervisé les manipulations, avec l'aide active des services secrets russes", selon le rapport. (Belga)

Ce Canadien est à la tête de la commission indépendante qui a été chargée par l'Agence mondiale antidopage (AMA), en mai dernier, de faire la lumière sur les soupçons de système bien huilé de dopage et de camouflage d'échantillons douteux au sein de la délégation russe des JO d'hiver de 2014, soupçons entre autres nourris par les révélations de l'ex-patron du laboratoire antidopage de Moscou Grigory Rodchenkov. Celui-ci avait raconté au New York Times, en mai, qu'une incroyable tricherie à grande échelle avait été mise en place durant les JO de Sotchi, parlant même d'une trappe installée dans le laboratoire et permettant aux services secrets russes de venir échanger les échantillons douteux de sportifs russes, dont ceux d'athlètes médaillés. Rodchenkov, aujourd'hui exilé aux Etats-Unis avait aussi affirmé avoir créé spécialement pour la délégation russe un cocktail de produits dopants. Selon les conclusions du rapport McLaren, de telles pratiques d'escamotage au sein du laboratoire de Moscou, selon la technique du "positif disparu" sont bien avérées, et elles auraient également eu lieu avec des échantillons des Mondiaux d'athlétisme de Moscou, en 2013. Le ministère russe des sports a "contrôlé, dirigé et supervisé les manipulations, avec l'aide active des services secrets russes", selon le rapport. (Belga)