"Vous n'avez pas d'autre solution (...) Vous ne pouvez pas laisser le destin de vos enfants et de vos petits enfants dans leurs mains. Nos enfants et nos petits-enfants ne vous le pardonneraient jamais", a dit M. Tusk lors d'une importante marche de l'opposition pro-européenne à Varsovie, faisant allusion au parti conservateur nationaliste Droit et Justice (PiS), au pouvoir depuis 2015. L'ancien Premier ministre libéral polonais a égratigné au passage le puissant chef du PiS Jaroslaw Kaczynski, qu'il a comparé à un "ayatollah". Il a été applaudi par quelque vingt mille manifestants, selon les journalistes sur place, réunis à l'appel de la Coalition européenne, alliance rassemblant plusieurs partis d'opposition, autour de la Plateforme Civique (PO, centriste). Les organisateurs ont revendiqué 45.000 participants, tandis que la police a affirmé qu'ils étaient environ 7.000. "Je suis venu pour soutenir l'idée d'une participation positive de la Pologne au sein de l'UE au lieu de lui tourner le dos comme le fait l'actuel gouvernement", a dit à l'AFP un informaticien, Miroslaw Janusz. Le scrutin européen, prévu le dimanche 26 mai, prend une importance particulière en Pologne, car son résultat risque d'influencer celui des législatives à l'automne. (Belga)