Cette coupe pour l'année fiscale 2020 est "justifiée par les inquiétudes humanitaires ou est alors dans l'intérêt de la nation", stipule un mémorandum signé par Donald Trump et publié par le service de presse de la Maison blanche vendredi soir. Cette mesure plafonne le nombre de réfugiés irakiens admis aux USA à 4.000 et à 1.500 pour les réfugiés venant du Salvador, Guatemala ou Honduras. Le quota restant de 12.500 réfugiés concernent les personnes qui craignent les persécutions en raison de leur foi, de leurs activités politiques et qui dont les dossiers sont traités par le programme américain des admissions de réfugiés. Le plafond est le plus bas depuis l'introduction d'un tel programme aux USA dans les années 80. Il a été révisé à la baisse à partir quota précédent fixé à 30.000 bénéficiaires. "Au coeur de la politique étrangère de l'administration Trump réside un engagement à prendre des décisions basées sur la réalité, pas des souhaits, et de mener à des résultats optimaux basés sur des faits concrets", selon le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, s'exprimant dans une déclaration samedi. Sous l'administration démocrate précédente, environ 85.000 personnes ont trouvé l'asile aux USA lors de la dernière année de mandat du président américain Barack Obama. Donald Trump avait déjà abaissé cette limite lors de se première année en fonction à 53.000 réfugiés. (Belga)