Si Pyongyang effectue un nouvel essai nucléaire, "je ne serais pas content", dit M. Trump dans un entretien qui devait être diffusé dimanche dans l'émission "Face The Nation" de la chaîne de télévision CBS, dont des extraits ont été publiés samedi soir. "Et je peux également vous dire, je ne crois pas non plus que le président de la Chine, qui est un homme très respecté, sera content", poursuit-il. Interrogé pour savoir si "pas content" pouvait signifier "une action militaire", M. Trump a répondu: "Je ne sais pas. Je veux dire, nous verrons". La Corée du Nord a effectué samedi un tir de missile balistique, qui s'est soldé par un échec, qui a coincidé avec un appel solennel de Washington à l'ONU à contrecarrer la "menace nucléaire" de Pyongyang par un renforcement des sanctions internationales. Ce tir est intervenu quelques heures seulement après l'avertissement lancé par le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson au Conseil de sécurité, exhortant ses partenaires, en particulier la Chine, à contrer cette menace susceptible d'avoir des "conséquences catastrophiques". M. Trump avait aussi réagi au tir raté en accusant Pyongyang d'avoir "manqué de respect" à la Chine, son principal allié. "Mauvais!", avait-il tweeté. Aux yeux des Etats-Unis, la Chine est le principal soutien économique et diplomatique de la Corée du Nord, et a donc le poids nécessaire pour la faire revenir à la raison. Pékin nie avoir tant d'influence et réplique régulièrement que le conflit concerne principalement Washington et Pyongyang, et qu'il appartient donc à ces deux pays de dialoguer. (Belga)

Si Pyongyang effectue un nouvel essai nucléaire, "je ne serais pas content", dit M. Trump dans un entretien qui devait être diffusé dimanche dans l'émission "Face The Nation" de la chaîne de télévision CBS, dont des extraits ont été publiés samedi soir. "Et je peux également vous dire, je ne crois pas non plus que le président de la Chine, qui est un homme très respecté, sera content", poursuit-il. Interrogé pour savoir si "pas content" pouvait signifier "une action militaire", M. Trump a répondu: "Je ne sais pas. Je veux dire, nous verrons". La Corée du Nord a effectué samedi un tir de missile balistique, qui s'est soldé par un échec, qui a coincidé avec un appel solennel de Washington à l'ONU à contrecarrer la "menace nucléaire" de Pyongyang par un renforcement des sanctions internationales. Ce tir est intervenu quelques heures seulement après l'avertissement lancé par le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson au Conseil de sécurité, exhortant ses partenaires, en particulier la Chine, à contrer cette menace susceptible d'avoir des "conséquences catastrophiques". M. Trump avait aussi réagi au tir raté en accusant Pyongyang d'avoir "manqué de respect" à la Chine, son principal allié. "Mauvais!", avait-il tweeté. Aux yeux des Etats-Unis, la Chine est le principal soutien économique et diplomatique de la Corée du Nord, et a donc le poids nécessaire pour la faire revenir à la raison. Pékin nie avoir tant d'influence et réplique régulièrement que le conflit concerne principalement Washington et Pyongyang, et qu'il appartient donc à ces deux pays de dialoguer. (Belga)