"Le Brésil et les États-Unis n'ont jamais été aussi proches", a lancé M. Trump depuis le Bureau ovale, saluant la campagne électorale menée par M. Bolsonaro, élu comme lui --à la surprise générale-- sur un message de rupture. "Nous avons de nombreuses valeurs communes, j'admire le président Trump", a de son côté déclaré le nouvel homme fort du Brésil. Devant les journalistes, les deux hommes ont échangé des maillots des équipes de football de leur pays: "Je me souviens encore de Pelé", a lancé M. Trump, louant les qualités de la Seleçao. À l'issue d'un déjeuner de travail, les deux hommes devaient s'exprimer lors d'une conférence de presse commune dans les jardins de la Maison Blanche. Au-delà d'une passion commune pour les tweets et d'un goût revendiqué pour la provocation, l'ancien magnat de l'immobilier et l'ex-parachutiste sont à l'unisson sur nombre de sujets: virulentes critiques du multilatéralisme, posture combative face à Pékin ou encore dénonciation de l'accord de Paris sur le climat. M. Bolsonaro, qui s'est vu décerner nombre de surnoms, dont celui de "Trump des tropiques", a lui-même alimenté pendant la campagne le parallèle avec l'occupant de la Maison Blanche. (Belga)

"Le Brésil et les États-Unis n'ont jamais été aussi proches", a lancé M. Trump depuis le Bureau ovale, saluant la campagne électorale menée par M. Bolsonaro, élu comme lui --à la surprise générale-- sur un message de rupture. "Nous avons de nombreuses valeurs communes, j'admire le président Trump", a de son côté déclaré le nouvel homme fort du Brésil. Devant les journalistes, les deux hommes ont échangé des maillots des équipes de football de leur pays: "Je me souviens encore de Pelé", a lancé M. Trump, louant les qualités de la Seleçao. À l'issue d'un déjeuner de travail, les deux hommes devaient s'exprimer lors d'une conférence de presse commune dans les jardins de la Maison Blanche. Au-delà d'une passion commune pour les tweets et d'un goût revendiqué pour la provocation, l'ancien magnat de l'immobilier et l'ex-parachutiste sont à l'unisson sur nombre de sujets: virulentes critiques du multilatéralisme, posture combative face à Pékin ou encore dénonciation de l'accord de Paris sur le climat. M. Bolsonaro, qui s'est vu décerner nombre de surnoms, dont celui de "Trump des tropiques", a lui-même alimenté pendant la campagne le parallèle avec l'occupant de la Maison Blanche. (Belga)