La Plate-forme a dénoncé à plusieurs reprises la façon avec laquelle Equilis, le promoteur du projet, avait obtenu ses différents permis après maints rebondissements (annulations, retraits, préemption, ...). En cause, selon elle, le fait que le projet a été concrétisé dans une zone d'industries urbaines, qu'il a détruit un patrimoine inestimable (les anciennes poêleries Godin), qu'il est peu accessible en transport public, et qu'il regroupe des enseignes classiques déjà présentes à Bruxelles. Les permis d'urbanisme, socio-économique et d'environnement ont été contestés devant le Conseil d'Etat. "Le gouvernement régional a retiré le 20 avril dernier, pour la seconde fois, le permis d'environnement afin d'essayer de mieux motiver formellement celui-ci et d'éviter son annulation. Le site n'est sauvé de l'illégalité que par une pirouette juridique", a déploré la Plate-forme. Selon-celle-ci, le nouvel arrêté soumet désormais le demandeur à la rédaction d'un rapport annuel de mobilité incluant la problématique du stationnement. Ce rapport, qui devra être transmis pour la première fois dans la première quinzaine après les 12 premiers mois d'ouverture, devra indiquer l'évolution des parts modales de déplacement ainsi que l'ensemble des mesures mises en place afin d'atteindre les objectifs fixés. Pour la Plate-forme, le gouvernement bruxellois ferait bien mieux d'imposer des conditions d'exploitation qui permettent une mobilité durable autour du site. Il faudrait à tout le moins une hausse des tarifs de parkings et des investissements supplémentaires dans les transports en commun et les infrastructures cyclistes. (Belga)

La Plate-forme a dénoncé à plusieurs reprises la façon avec laquelle Equilis, le promoteur du projet, avait obtenu ses différents permis après maints rebondissements (annulations, retraits, préemption, ...). En cause, selon elle, le fait que le projet a été concrétisé dans une zone d'industries urbaines, qu'il a détruit un patrimoine inestimable (les anciennes poêleries Godin), qu'il est peu accessible en transport public, et qu'il regroupe des enseignes classiques déjà présentes à Bruxelles. Les permis d'urbanisme, socio-économique et d'environnement ont été contestés devant le Conseil d'Etat. "Le gouvernement régional a retiré le 20 avril dernier, pour la seconde fois, le permis d'environnement afin d'essayer de mieux motiver formellement celui-ci et d'éviter son annulation. Le site n'est sauvé de l'illégalité que par une pirouette juridique", a déploré la Plate-forme. Selon-celle-ci, le nouvel arrêté soumet désormais le demandeur à la rédaction d'un rapport annuel de mobilité incluant la problématique du stationnement. Ce rapport, qui devra être transmis pour la première fois dans la première quinzaine après les 12 premiers mois d'ouverture, devra indiquer l'évolution des parts modales de déplacement ainsi que l'ensemble des mesures mises en place afin d'atteindre les objectifs fixés. Pour la Plate-forme, le gouvernement bruxellois ferait bien mieux d'imposer des conditions d'exploitation qui permettent une mobilité durable autour du site. Il faudrait à tout le moins une hausse des tarifs de parkings et des investissements supplémentaires dans les transports en commun et les infrastructures cyclistes. (Belga)