Ces personnes participaient à un groupe de discussion sur la messagerie cryptée Telegram, fréquemment utilisée par les djihadistes, dans lequel elles "tenaient des propos inquiétants", ont indiqué ces sources, confirmant partiellement une information du journal Le Parisien. Cette opération antiterroriste "vise à permettre de préciser les contours des projets qu'ils nourrissaient", a ajouté une source judiciaire. (Belga)

Ces personnes participaient à un groupe de discussion sur la messagerie cryptée Telegram, fréquemment utilisée par les djihadistes, dans lequel elles "tenaient des propos inquiétants", ont indiqué ces sources, confirmant partiellement une information du journal Le Parisien. Cette opération antiterroriste "vise à permettre de préciser les contours des projets qu'ils nourrissaient", a ajouté une source judiciaire. (Belga)