L'événement a été organisé à la Tricoterie, jeudi après-midi, à l'initiative de Fadila Laanan, ministre-présidente du gouvernement francophone bruxellois. Ces dix-huit opérateurs qui bénéficient de conventions pour les cinq prochaines années sont la Maison de la Francité, le Cifas, le Brocoli Théatre, le musée Art et Marges, le Théâtre Océan Nord, le Brussels Art Melting Pot (reconduction de la convention 2016-2019), le Théâtre de la Parole, Cinedit, Francofaune, Cinergie, Arts & Publics, la Fête des Solidarités, Brufête-Brufeest, Extra & Ordinary People, la Bellone, l'OIRD (Organisation Internationale pour la Réussite et le Développement), Maelstrom et la Tricoterie. D'après Fadila Laanan, avant eux, cinq opérateurs culturels avaient déjà signé une convention pour la période 2017-2021 et neuf autres pour la période 2018-2022. Il y a donc désormais 32 opérateurs culturels bruxellois qui bénéficient d'un tel dispositif. L'option de faire bénéficier un certain nombre d'opérateurs "historiques" subventionnés de manière récurrente et importante par la Cocof, d'une convention de gestion pluriannuelle, qui leur permet de pérenniser leur action est soutenue depuis janvier 2016. "Vu la qualité de leur travail, il me paraît en effet essentiel que ces opérateurs puissent bénéficier d'une sécurité juridique et financière renforcée. Avec ce soutien assuré sur cinq ans, ils peuvent voir et penser à plus long terme: planifier, engager et développer. C'est tout bénéfice pour le paysage culturel bruxellois", a commenté jeudi, Mme Laanan. Selon la ministre-présidente de la CoCof, ces conventions définissent les missions, le public visé, les partenaires et les objectifs quantitatifs et qualitatifs attendus de la part de l'opérateur ainsi que les modalités et les conditions d'octroi de la subvention. Elles pourront être renouvelées une fois arrivées au terme des cinq ans, si toutes les conditions sont remplies. (Belga)