Tine Vandenbon, une brugeoise de 35 ans, travaillait pour une entreprise de mode flamande qui compte une centaine d'employés en Belgique et dans plusieurs pays voisins. "Je dirigeais une des boutiques de la marque, avec une équipe de quatorze vendeuses", raconte Tine. Une autre société m'ayant fait une offre séduisante, j'ai travaillé ailleurs pendant quelque temps. Mais par après, quand mes anciens employeurs m'ont demandé de reprendre mon poste, je n'ai pas tardé à accepter : c'était un cadre très plaisant et j'appréciais beaucoup mes collègues. Et comme on souhaitait mon retour, c'est que mes prestations étaient jugées satisfaisantes."
...