"Notre position est que nous ne livrerons pas d'armes à l'Arabie saoudite pour le moment et que la décision future dépendra de la manière dont évolue le conflit au Yémen", a expliqué le ministre allemand, Heiko Maas, lors d'une conférence de presse commune avec son homologue britannique à Berlin. L'Allemagne, a précisé M. Maas, attend un éventuel "processus durable" de paix dans ce conflit qui a fait quelque 10.000 morts depuis 2015. "Nous comprenons la position allemande, je crois que les Allemands comprennent la nôtre", a déclaré de son côté M. Hunt. Selon lui, stopper les livraisons d'armes "réduirait l'influence" britannique et européenne sur l'Arabie Saoudite et serait contreproductive. A Londres, le ministère des Affaires étrangères avait auparavant confirmé l'existence d'une lettre de Jeremy Hunt à son homologue allemand, mais s'était refusé à en dévoiler le contenu en raison de son caractère "privé". Dans son édition en ligne, Der Spiegel a publié des extraits de la missive, dans laquelle M. Hunt reproche un "manque de loyauté" à l'Allemagne qui a décidé d'un gel de ses livraisons d'armes après l'assassinat en octobre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat saoudien à Istanbul. Dans sa lettre, Jeremy Hunt se dit "profondément inquiet des répercussions de la décision du gouvernement allemand sur l'industrie de l'armement britannique et européenne (...)", selon les extraits publiés par Der Spiegel. La suspension des livraisons de pièces allemandes pour des avions de combat, comme le Typhoon d'Eurofighter ou le Tornado, empêchent les sociétés britanniques de remplir leur contrat, écrit-il notamment. (Belga)