Le quotidien 'De Morgen' a fait état jeudi d'une demande d'avis reçue par l'ambassadeur belge en charge du Soudan du sud, Hugo Verbist, venant des services de police sur la sécurité des accompagnateurs de rapatriements vers ce pays, mais non celle des étrangers refoulés.

Selon le journal, le diplomate n'a guère apprécié de recevoir une demande à l'objet ainsi limité alors que la situation des droits de l'homme dans ce pays est très régulièrement décriée.

"Il n'est pas question d'expulsion vers le Sud Soudan", a répondu M. Reynders au député Dirk Van der Maelen (sp.a), en précisant que le secrétaire d'Etat à l'Asile, Theo Francken, l'avait lui-même confirmé.

Le quotidien 'De Morgen' a fait état jeudi d'une demande d'avis reçue par l'ambassadeur belge en charge du Soudan du sud, Hugo Verbist, venant des services de police sur la sécurité des accompagnateurs de rapatriements vers ce pays, mais non celle des étrangers refoulés. Selon le journal, le diplomate n'a guère apprécié de recevoir une demande à l'objet ainsi limité alors que la situation des droits de l'homme dans ce pays est très régulièrement décriée. "Il n'est pas question d'expulsion vers le Sud Soudan", a répondu M. Reynders au député Dirk Van der Maelen (sp.a), en précisant que le secrétaire d'Etat à l'Asile, Theo Francken, l'avait lui-même confirmé.