Les élus ont balayé avec M. Reynders les différents volets des politiques de Justice, Etat de droit et Protection des consommateurs que le libéral est appelé à assurer dans l'équipe von der Leyen. Au début de l'audition, il avait pris soin d'aborder lui-même les accusations dont il a fait l'objet ces derniers jours de la part d'un ex-agent de la Sûreté de l'Etat. Seule une députée, membre britannique du Parti du Brexit, l'a réinterrogé à ce propos. M. Reynders lui a répliqué que le parquet l'avait mis hors cause et qu'il continuerait de se défendre. Les responsables des commissions parlementaires compétentes doivent désormais se réunir pour évaluer M. Reynders. Au terme de la procédure, ce sont le président du Parlement, l'italien David Sassoli, et les présidents des groupes parlementaires qui décideront si les auditions de tous les candidats peuvent être conclues et si la plénière peut se prononcer sur la désignation de la nouvelle Commission européenne, dans son ensemble. (Belga)