"Je pense que ce faisant, (ces patrons) montreraient qu'ils ont adhéré à cette opération pas uniquement pour se donner bonne conscience mais parce qu'il y a une prise en considération concrète de la crise climatique, et qu'ils veulent aider à trouver les investissements dont on a besoin. A côté, bien sûr, les autorités publiques devront aussi intensifier leur engagement financier", expose M. Di Rupo. Il calcule que cet effort "très modéré" de 5% permettrait d'engranger quelque 350 millions dans ce fonds pour la transition climatique, soit 1,7 milliard au bout de cinq ans. La démarche étant volontaire, le président des socialistes francophones la qualifie d'incitative et sociale, non punitive. Parmi les entreprises signataires de "Sign for my future", on retrouve notamment Umicore, Danone, Pairi Daiza, Proximus, Delhaize, Luminus, etc. (Belga)