La règle avait été prise par le gouvernement dirigé par le socialiste: le salaire des patrons publics serait plafonné à 290.000 euros. La patronne de Proximus et le patron de la SNCB, par exemple, sont soumis à cette mesure. Mais à l'occasion du remplacement du patron de la SNCB Jo Cornu, la N-VA veut remettre la règle en question. "C'est indécent! Qu'est-ce qui justifie de telles rémunérations? ", s'indigne le président du PS. Il critique aussi plusieurs mesures décidées récemment par le gouvernement de Charles Michel, dont l'augmentation de la flexibilité des travailleurs, avec la semaine de 45 heures et ou le CDI d'intérimaire. "Le cours de l'histoire va dans le sens d'une baisse du temps de travail avec maintien du salaire", souligne Elio Di Rupo, qui promet des propositions concrètes rapidement. (Belga)

La règle avait été prise par le gouvernement dirigé par le socialiste: le salaire des patrons publics serait plafonné à 290.000 euros. La patronne de Proximus et le patron de la SNCB, par exemple, sont soumis à cette mesure. Mais à l'occasion du remplacement du patron de la SNCB Jo Cornu, la N-VA veut remettre la règle en question. "C'est indécent! Qu'est-ce qui justifie de telles rémunérations? ", s'indigne le président du PS. Il critique aussi plusieurs mesures décidées récemment par le gouvernement de Charles Michel, dont l'augmentation de la flexibilité des travailleurs, avec la semaine de 45 heures et ou le CDI d'intérimaire. "Le cours de l'histoire va dans le sens d'une baisse du temps de travail avec maintien du salaire", souligne Elio Di Rupo, qui promet des propositions concrètes rapidement. (Belga)