La Belgique, avec la France et le Luxembourg, a dû intervenir en 2008 et 2011 pour renflouer le bancassureur Dexia, injectant au total 7 milliards d'euros dans les deux opérations. Pour effectuer le démantèlement de Dexia et mettre Belfius sur pied, l'Etat a dépensé 500.000 euros en frais d'avocat et 5,1 millions d'euros en conseils financiers. A ces sommes se sont ajoutés deux millions d'euros pour défendre la position belge face à la Commission européenne, qui soupçonne les garanties accordées à Dexia d'être des aides déguisées. Ces frais doivent en principe être remboursés par Dexia, mais aucune transaction n'a encore lieu. (Belga)

La Belgique, avec la France et le Luxembourg, a dû intervenir en 2008 et 2011 pour renflouer le bancassureur Dexia, injectant au total 7 milliards d'euros dans les deux opérations. Pour effectuer le démantèlement de Dexia et mettre Belfius sur pied, l'Etat a dépensé 500.000 euros en frais d'avocat et 5,1 millions d'euros en conseils financiers. A ces sommes se sont ajoutés deux millions d'euros pour défendre la position belge face à la Commission européenne, qui soupçonne les garanties accordées à Dexia d'être des aides déguisées. Ces frais doivent en principe être remboursés par Dexia, mais aucune transaction n'a encore lieu. (Belga)