Pour son étude, menée auprès de 10.334 cyclistes, l'AWSR a fait une distinction entre trois types de vélos, à savoir les vélos classiques, les vélos électriques et les vélos partagés comme les blue-bike depuis les gares belges ou les Li Bia Vélos à Namur. Il en ressort que 71% des cyclistes classiques ne portent pas de casque. Dans le cas des vélos partagés, ce chiffre grimpe à 97%. Les usagers de vélos électriques semblent pour leur part plus conscientisés aux dangers qu'ils encourent puisque 47% d'entre eux portent un casque lorsqu'ils enfourchent leur bicyclette. Or, un casque de vélo offre une bonne protection contre les blessures à la tête pour des vitesses d'impact allant jusqu'à près de 20km/h, relève l'AWSR dans son rapport.

"L'utilisation d'un casque de vélo réduit de plus de 50% le risque de commotion cérébrale et de plus de 65% le risque de blessures graves ou mortelles à la tête", souligne l'agence. À l'échelon national, 68% des cyclistes affirment ne pratiquement jamais avoir porté de casque en vélo, selon des données du projet Esra (E-Survey of Road users' Attitudes) de 2015 relayées lundi par l'AWSR. Ce qui place la Belgique à l'antépénultième place des pays membres de l'Union européenne, devant les Pays-Bas et la Hongrie.

Outre le port du casque, l'AWSR a étudié le comportement des cyclistes wallons en matière de vêtements et d'accessoires fluorescents: 87% des cyclistes classiques admettent ne jamais en porter contre 94% pour les vélos partagés et 79% pour les conducteurs de vélos électriques. Les cyclistes sont impliqués dans 6% des accidents corporels et représentent 3% de l'ensemble des tués sur les routes wallonnes. En 2017, 12 cyclistes ont perdu la vie en Wallonie et 685 ont été blessés. Au total, 697 accidents corporels impliquant au moins un vélo ont été enregistrés en Wallonie en 2017.

Pour son étude, menée auprès de 10.334 cyclistes, l'AWSR a fait une distinction entre trois types de vélos, à savoir les vélos classiques, les vélos électriques et les vélos partagés comme les blue-bike depuis les gares belges ou les Li Bia Vélos à Namur. Il en ressort que 71% des cyclistes classiques ne portent pas de casque. Dans le cas des vélos partagés, ce chiffre grimpe à 97%. Les usagers de vélos électriques semblent pour leur part plus conscientisés aux dangers qu'ils encourent puisque 47% d'entre eux portent un casque lorsqu'ils enfourchent leur bicyclette. Or, un casque de vélo offre une bonne protection contre les blessures à la tête pour des vitesses d'impact allant jusqu'à près de 20km/h, relève l'AWSR dans son rapport. "L'utilisation d'un casque de vélo réduit de plus de 50% le risque de commotion cérébrale et de plus de 65% le risque de blessures graves ou mortelles à la tête", souligne l'agence. À l'échelon national, 68% des cyclistes affirment ne pratiquement jamais avoir porté de casque en vélo, selon des données du projet Esra (E-Survey of Road users' Attitudes) de 2015 relayées lundi par l'AWSR. Ce qui place la Belgique à l'antépénultième place des pays membres de l'Union européenne, devant les Pays-Bas et la Hongrie. Outre le port du casque, l'AWSR a étudié le comportement des cyclistes wallons en matière de vêtements et d'accessoires fluorescents: 87% des cyclistes classiques admettent ne jamais en porter contre 94% pour les vélos partagés et 79% pour les conducteurs de vélos électriques. Les cyclistes sont impliqués dans 6% des accidents corporels et représentent 3% de l'ensemble des tués sur les routes wallonnes. En 2017, 12 cyclistes ont perdu la vie en Wallonie et 685 ont été blessés. Au total, 697 accidents corporels impliquant au moins un vélo ont été enregistrés en Wallonie en 2017.