Le droit de grève devient exclusivement réservé aux syndicats représentés au niveau national et qui comptent un nombre minimum de membres. Avec l'introduction de ces critères, seuls les trois grands syndicats pourront se croiser les bras légalement. Les grèves menées au nom du SACT et du SIC seront considérées comme sauvages et illégales, les conducteurs risqueront alors des amendes voire un licenciement dans certains cas, indiquent les sources gouvernementales relayées dans le journal. Le SACT et le SIC conservent toutefois leur statut de syndicat. Ils peuvent toujours mener des actions et mobiliser leurs membres. "Ce règlement ne touche pas à la liberté syndicale", soulignent les sources gouvernementales.

Le droit de grève devient exclusivement réservé aux syndicats représentés au niveau national et qui comptent un nombre minimum de membres. Avec l'introduction de ces critères, seuls les trois grands syndicats pourront se croiser les bras légalement. Les grèves menées au nom du SACT et du SIC seront considérées comme sauvages et illégales, les conducteurs risqueront alors des amendes voire un licenciement dans certains cas, indiquent les sources gouvernementales relayées dans le journal. Le SACT et le SIC conservent toutefois leur statut de syndicat. Ils peuvent toujours mener des actions et mobiliser leurs membres. "Ce règlement ne touche pas à la liberté syndicale", soulignent les sources gouvernementales.