Parti dans la nuit de dimanche à lundi du port libyen de Zouara, un bateau transportant une centaine de migrants ont été secourus par l'armée non loin de la plateforme pétrolière de Miskar, à 67 km au large des côtes tunisiennes. Les rescapés, 37 Erythréens, 32 Soudanais et un Egyptien -- tous âgés de 15 à 40 ans -- ont été pris en charge par le Croissant-Rouge et l'Organisation internationale des migrations (OIM) au port de Zarzis, dans le sud de la Tunisie. Les survivants ont fait mention de la présence à bord d'autres passagers: parmi eux, deux ont été retrouvés noyés et 23 sont portés disparus, selon le Croissant-Rouge. L'armée a annoncé avoir également ramené à terre 39 migrants, originaires de différents pays d'Afrique subsaharienne. Leur bateau, qui se trouvait à 50 km des côtes tunisiennes, était parti de Sfax (centre-est) dans la nuit de dimanche à lundi. La Tunisie secourt chaque semaine des bateaux de migrants, dont les départs sont en nette hausse depuis deux ans. Les structures d'accueil du sud du pays commencent à saturer, d'autant que les groupes de migrants doivent être mis en quarantaine à leur arrivée en raison de la pandémie. Les tentatives d'émigration depuis la Libye voisine ont également augmenté, avec 11.000 départs de janvier à avril 2021, soit 73% de plus qu'à la même période l'an passé, en raison notamment de la "détérioration" de la situation pour les étrangers dans le pays, selon le Haut commissariat aux réfugiés (HCR). Le 18 mai, plus de 50 personnes ont été portées disparues et une trentaine secourues au large de la Tunisie après le naufrage de leur bateau parti de Libye. La Méditerranée centrale est l'une des routes migratoires les plus meurtrières selon les Nations unies, qui ont décompté plus de 760 morts en Méditerranée entre le 1er janvier et le 31 mai 2021, et 1.400 pour l'année 2020. (Belga)

Parti dans la nuit de dimanche à lundi du port libyen de Zouara, un bateau transportant une centaine de migrants ont été secourus par l'armée non loin de la plateforme pétrolière de Miskar, à 67 km au large des côtes tunisiennes. Les rescapés, 37 Erythréens, 32 Soudanais et un Egyptien -- tous âgés de 15 à 40 ans -- ont été pris en charge par le Croissant-Rouge et l'Organisation internationale des migrations (OIM) au port de Zarzis, dans le sud de la Tunisie. Les survivants ont fait mention de la présence à bord d'autres passagers: parmi eux, deux ont été retrouvés noyés et 23 sont portés disparus, selon le Croissant-Rouge. L'armée a annoncé avoir également ramené à terre 39 migrants, originaires de différents pays d'Afrique subsaharienne. Leur bateau, qui se trouvait à 50 km des côtes tunisiennes, était parti de Sfax (centre-est) dans la nuit de dimanche à lundi. La Tunisie secourt chaque semaine des bateaux de migrants, dont les départs sont en nette hausse depuis deux ans. Les structures d'accueil du sud du pays commencent à saturer, d'autant que les groupes de migrants doivent être mis en quarantaine à leur arrivée en raison de la pandémie. Les tentatives d'émigration depuis la Libye voisine ont également augmenté, avec 11.000 départs de janvier à avril 2021, soit 73% de plus qu'à la même période l'an passé, en raison notamment de la "détérioration" de la situation pour les étrangers dans le pays, selon le Haut commissariat aux réfugiés (HCR). Le 18 mai, plus de 50 personnes ont été portées disparues et une trentaine secourues au large de la Tunisie après le naufrage de leur bateau parti de Libye. La Méditerranée centrale est l'une des routes migratoires les plus meurtrières selon les Nations unies, qui ont décompté plus de 760 morts en Méditerranée entre le 1er janvier et le 31 mai 2021, et 1.400 pour l'année 2020. (Belga)