La Belgique a repris jeudi dernier la mission de défense de l'espace aérien au-dessus du Benelux assurée en alternance avec les Pays-Bas.

En Belgique, ce sont les bases de Florennes et de Kleine-Brogel (Limbourg) qui assurent cette tâche à tour de rôle jusqu'au mois d'août, avec une première période revenant à la base francophone.

Deux F-16 sont prêts à décoller en quelques minutes en cas d'alerte, une procédure appelée "Quick Reaction Alert" (QRA). Elle est activée, par exemple, en cas d'arrivée d'avions non identifiés ou d'appareils avec lesquels le contact radio a été perdu.

Les interceptions de bombardiers russes à long rayon d'action par les aviations de l'Otan se sont intensifiées ces dernières années, avec une reprise de ces vols devenus rarissimes après la fin de la Guerre froide.

La Belgique a repris jeudi dernier la mission de défense de l'espace aérien au-dessus du Benelux assurée en alternance avec les Pays-Bas. En Belgique, ce sont les bases de Florennes et de Kleine-Brogel (Limbourg) qui assurent cette tâche à tour de rôle jusqu'au mois d'août, avec une première période revenant à la base francophone. Deux F-16 sont prêts à décoller en quelques minutes en cas d'alerte, une procédure appelée "Quick Reaction Alert" (QRA). Elle est activée, par exemple, en cas d'arrivée d'avions non identifiés ou d'appareils avec lesquels le contact radio a été perdu. Les interceptions de bombardiers russes à long rayon d'action par les aviations de l'Otan se sont intensifiées ces dernières années, avec une reprise de ces vols devenus rarissimes après la fin de la Guerre froide.