Le quotidien The Globe and Mail cite un communiqué transmis par le ministère canadien des Affaires étrangères selon lequel "le Canada condamne fermement leur arrestation arbitraire, comme nous avions condamné leur détention arbitraire le 10 décembre". L'ancien diplomate Michael Kovrig, ainsi que le consultant et homme d'affaires Michael Spavor, avaient été interpellés peu après que le Canada eut arrêté à la demande des Etats-Unis la directrice financière du géant chinois des télécommunications Huawei, Meng Wanzhou. Washington exige l'extradition de Mme Meng vers les Etats-Unis, où elle est accusée de complicité de fraude pour contourner les sanctions contre l'Iran, ce qu'elle dément. Son arrestation a ouvert une crise diplomatique sans précédent entre Ottawa et Pékin. L'interpellation des deux Canadiens est largement perçue en Occident comme une mesure de représailles, ce que la Chine dément. Les autorités chinoises ont fait savoir début mars qu'elles soupçonnaient Michael Kovrig d'espionnage et de vol de secrets d'Etat, des accusations qui peuvent lui valoir de très lourdes peines. (Belga)