Le ministre avait déjà annoncé cette circulaire au mois de juin, après les émeutes qui avaient frappé la ville d'Anvers. Une enquête sera lancée pour chaque cas d'agression, tandis que les atteintes verbales ne seront plus classées sans suite. "Les faits graves feront systématiquement l'objet d'une comparution immédiate ou d'un renvoi devant le tribunal", stipule le document. Cinq magistrats de référence seront affectés à l'application de ces directives au niveau du parquet général. Le ministre veut également que les suites données aux plaintes soient enregistrées. "Le taux de poursuite est actuellement de 40%. De plus, un agent sur deux victimes de violences ne le mentionne pas", explique Vincent Houssin du syndicat SLFP. "Si les faits menant à des incapacités de travail ne sont pas classés sans suite et que les victimes sont dédommagées, ce sera déjà un pas vers l'avant." (Belga)

Le ministre avait déjà annoncé cette circulaire au mois de juin, après les émeutes qui avaient frappé la ville d'Anvers. Une enquête sera lancée pour chaque cas d'agression, tandis que les atteintes verbales ne seront plus classées sans suite. "Les faits graves feront systématiquement l'objet d'une comparution immédiate ou d'un renvoi devant le tribunal", stipule le document. Cinq magistrats de référence seront affectés à l'application de ces directives au niveau du parquet général. Le ministre veut également que les suites données aux plaintes soient enregistrées. "Le taux de poursuite est actuellement de 40%. De plus, un agent sur deux victimes de violences ne le mentionne pas", explique Vincent Houssin du syndicat SLFP. "Si les faits menant à des incapacités de travail ne sont pas classés sans suite et que les victimes sont dédommagées, ce sera déjà un pas vers l'avant." (Belga)