MM. Reynders et Bureau ont fait le point sur le dossier. "Nous ne pouvons qu'accompagner les démarches françaises puisqu'il s'agit d'un citoyen français qui reçoit donc l'assistance consulaire de la France. Nous prenons des initiatives sur le plan humanitaire en prenant contact avec les autorités turques", a expliqué le chef de la diplomatie belge. M. Reynders a écrit une lettre à l'intention de son homologue turc que transmettra l'ambassadeur belge à Ankara. La Belgique insiste notamment sur les conditions de détention de l'étudiant et sa libération qu'elle souhaite la plus rapide possible, quitte à ce qu'elle intervienne en l'attente d'un procès. En raison de l'état d'urgence décrété en Turquie, la détention de Loup Bureau pourrait durer plusieurs mois. Les possibilités de contact téléphonique avec la famille sont également réduites à un coup de fil toutes les deux semaines. Un premier entretien entre le père et son fils a déjà eu lieu et un autre est prévu dans les prochains jours. "Loïc Bureau est conscient qu'il y a une mobilisation en Belgique en faveur de son fils mais notre capacité d'action a ses limites. Nous devons respecter les initiatives françaises. Mais il s'agit d'un étudiant dans une école belge. J'estime que nous avons aussi un rôle à jouer dans la limite d'une action dite humanitaire", a ajouté le ministre. (Belga)

MM. Reynders et Bureau ont fait le point sur le dossier. "Nous ne pouvons qu'accompagner les démarches françaises puisqu'il s'agit d'un citoyen français qui reçoit donc l'assistance consulaire de la France. Nous prenons des initiatives sur le plan humanitaire en prenant contact avec les autorités turques", a expliqué le chef de la diplomatie belge. M. Reynders a écrit une lettre à l'intention de son homologue turc que transmettra l'ambassadeur belge à Ankara. La Belgique insiste notamment sur les conditions de détention de l'étudiant et sa libération qu'elle souhaite la plus rapide possible, quitte à ce qu'elle intervienne en l'attente d'un procès. En raison de l'état d'urgence décrété en Turquie, la détention de Loup Bureau pourrait durer plusieurs mois. Les possibilités de contact téléphonique avec la famille sont également réduites à un coup de fil toutes les deux semaines. Un premier entretien entre le père et son fils a déjà eu lieu et un autre est prévu dans les prochains jours. "Loïc Bureau est conscient qu'il y a une mobilisation en Belgique en faveur de son fils mais notre capacité d'action a ses limites. Nous devons respecter les initiatives françaises. Mais il s'agit d'un étudiant dans une école belge. J'estime que nous avons aussi un rôle à jouer dans la limite d'une action dite humanitaire", a ajouté le ministre. (Belga)