"C'est avant tout une action qui a été initiée par les autorités fédérales", explique Maïté Van Rampelbergh, porte-parole du bourgmestre. "Les policiers de la Ville de Bruxelles étaient présents en soutien. Nous trouvons Globe Aroma une cible surprenante, étant donné qu'il s'agit d'une ASBL culturelle qui vise à impliquer les réfugiés et les sans-papiers dans la société."

L'opération ayant eu lieu au sein d'une maison d'art ouverte qui tente d'établir un lien de confiance avec ce type de personnes, elle suscite de nombreuses réactions. D'après l'association, l'action s'est en outre déroulée de façon brutale.

"Avant de formuler une réaction, nous avons demandé un rapport afin de savoir précisément ce qui s'est passé. Nous l'attendons la semaine prochaine", indique-t-on au cabinet de Philippe Close.

"C'est avant tout une action qui a été initiée par les autorités fédérales", explique Maïté Van Rampelbergh, porte-parole du bourgmestre. "Les policiers de la Ville de Bruxelles étaient présents en soutien. Nous trouvons Globe Aroma une cible surprenante, étant donné qu'il s'agit d'une ASBL culturelle qui vise à impliquer les réfugiés et les sans-papiers dans la société." L'opération ayant eu lieu au sein d'une maison d'art ouverte qui tente d'établir un lien de confiance avec ce type de personnes, elle suscite de nombreuses réactions. D'après l'association, l'action s'est en outre déroulée de façon brutale. "Avant de formuler une réaction, nous avons demandé un rapport afin de savoir précisément ce qui s'est passé. Nous l'attendons la semaine prochaine", indique-t-on au cabinet de Philippe Close.