L'enquête a démarré lorsque la police de Bruxelles a contrôlé une camionnette munie d'une plaque britannique. Les deux sujets de Sa Majesté au volant transportaient deux femmes irakiennes.

L'enquête a mis au jour une organisation criminelle qui effectuait des transports réguliers monnayés entre 7.000 et 13.000 euros. Les victimes pouvaient choisir leur moyen de locomotion selon l'argent déposé, du camion frigorifique à la voiture.

Finalement, sept suspects ont pu être identifiés. Ils auraient profité de la détresse d'une trentaine d'Irakiens au moins. Dix-huit victimes seraient des mineurs. Le procès devrait durer jusqu'au 16 novembre.

L'enquête a démarré lorsque la police de Bruxelles a contrôlé une camionnette munie d'une plaque britannique. Les deux sujets de Sa Majesté au volant transportaient deux femmes irakiennes. L'enquête a mis au jour une organisation criminelle qui effectuait des transports réguliers monnayés entre 7.000 et 13.000 euros. Les victimes pouvaient choisir leur moyen de locomotion selon l'argent déposé, du camion frigorifique à la voiture. Finalement, sept suspects ont pu être identifiés. Ils auraient profité de la détresse d'une trentaine d'Irakiens au moins. Dix-huit victimes seraient des mineurs. Le procès devrait durer jusqu'au 16 novembre.