Ainsi, sur 1.043 têtes de liste aux élections communales, seules 235 sont des femmes (22,5%). "C'est mieux qu'en 2012 (21%), mais on est encore loin du compte", a regretté la ministre wallonne des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue (MR). La proportion s'améliore légèrement pour les élections provinciales, avec 86 femmes sur 305 têtes de liste (28%), mais là aussi, on est loin de la parité. Cette année pourtant, de nouvelles dispositions ont été mises en place au sud du pays pour veiller à une meilleure répartition des genres dans la politique locale. Le principe de la tirette sur les listes - une femme, un homme - a ainsi été instauré, tout comme l'obligation de présenter au moins un tiers de personnes du même sexe au sein des collèges communaux. Des campagnes audiovisuelles ont également été diffusées afin de sensibiliser le grand public à la question. "Je dois dire qu'à l'origine, je n'étais pas spécialement convaincue par les quotas. Mais aujourd'hui, j'estime qu'ils sont un passage obligé. Et je suis persuadée que d'ici quelques années, ces obligations se seront banalisées au point de devenir la norme", a justifié la ministre. Le 14 octobre prochain, les femmes représenteront 48,5% de l'ensemble des candidats aux élections communales (contre 48,7% en 2012) et 47,8% aux élections provinciales (47,6% en 2012). (Belga)

Ainsi, sur 1.043 têtes de liste aux élections communales, seules 235 sont des femmes (22,5%). "C'est mieux qu'en 2012 (21%), mais on est encore loin du compte", a regretté la ministre wallonne des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue (MR). La proportion s'améliore légèrement pour les élections provinciales, avec 86 femmes sur 305 têtes de liste (28%), mais là aussi, on est loin de la parité. Cette année pourtant, de nouvelles dispositions ont été mises en place au sud du pays pour veiller à une meilleure répartition des genres dans la politique locale. Le principe de la tirette sur les listes - une femme, un homme - a ainsi été instauré, tout comme l'obligation de présenter au moins un tiers de personnes du même sexe au sein des collèges communaux. Des campagnes audiovisuelles ont également été diffusées afin de sensibiliser le grand public à la question. "Je dois dire qu'à l'origine, je n'étais pas spécialement convaincue par les quotas. Mais aujourd'hui, j'estime qu'ils sont un passage obligé. Et je suis persuadée que d'ici quelques années, ces obligations se seront banalisées au point de devenir la norme", a justifié la ministre. Le 14 octobre prochain, les femmes représenteront 48,5% de l'ensemble des candidats aux élections communales (contre 48,7% en 2012) et 47,8% aux élections provinciales (47,6% en 2012). (Belga)