Cette action a été organisée par la Coalition de collectifs de travailleurs sans-papiers (CCTSP), composée du "Collectif des travailleurs sans-papiers", de la "Voix des sans-papiers de Bruxelles", de la "Voix des sans-papiers de Madou" et du "Collectif des Afghans". Le groupe porte un texte rédigé par des avocats sur base de la proposition d'Actiris d'ouvrir les formations débouchant sur des métiers en pénurie aux immigrés sans-papiers. Les manifestants arboraient des pancartes avec l'inscription "prêt à travailler" sous des noms de métiers en pénurie. Ils ont scandé différents slogans, parmi lesquels "Qu'est-ce qu'on veut? Travailler!" Ils défendent que des sans-papiers formés aux métiers en pénurie dans leurs pays d'origine pourraient bénéficier d'équivalences et que de nombreux autres sont motivés à suivre des formations qualifiantes. Le CCTSP estime que la proposition d'Actiris d'ouvrir les formations aux métiers en pénurie aux personnes sans-papiers répond aux inquiétudes de la FEB devant l'augmentation des postes à pourvoir dans certaines fonctions. C'est la 5e fois que le CCTSP manifeste pour soutenir sa proposition de loi depuis fin septembre. Il s'est déjà mobilisé devant Actiris, devant le cabinet du ministre bruxellois chargé de l'Emploi et de la Formation professionnelle Bernard Clerfayt, devant celui de la ministre fédérale du gouvernement en affaires courantes Maggie De Block, chargée de l'Asile et de la Migration et devant le siège du PS. (Belga)

Cette action a été organisée par la Coalition de collectifs de travailleurs sans-papiers (CCTSP), composée du "Collectif des travailleurs sans-papiers", de la "Voix des sans-papiers de Bruxelles", de la "Voix des sans-papiers de Madou" et du "Collectif des Afghans". Le groupe porte un texte rédigé par des avocats sur base de la proposition d'Actiris d'ouvrir les formations débouchant sur des métiers en pénurie aux immigrés sans-papiers. Les manifestants arboraient des pancartes avec l'inscription "prêt à travailler" sous des noms de métiers en pénurie. Ils ont scandé différents slogans, parmi lesquels "Qu'est-ce qu'on veut? Travailler!" Ils défendent que des sans-papiers formés aux métiers en pénurie dans leurs pays d'origine pourraient bénéficier d'équivalences et que de nombreux autres sont motivés à suivre des formations qualifiantes. Le CCTSP estime que la proposition d'Actiris d'ouvrir les formations aux métiers en pénurie aux personnes sans-papiers répond aux inquiétudes de la FEB devant l'augmentation des postes à pourvoir dans certaines fonctions. C'est la 5e fois que le CCTSP manifeste pour soutenir sa proposition de loi depuis fin septembre. Il s'est déjà mobilisé devant Actiris, devant le cabinet du ministre bruxellois chargé de l'Emploi et de la Formation professionnelle Bernard Clerfayt, devant celui de la ministre fédérale du gouvernement en affaires courantes Maggie De Block, chargée de l'Asile et de la Migration et devant le siège du PS. (Belga)