Les artistes plaident pour un "état d'exception" pour le secteur, avec des "mesures extraordinaire qui garantissent un revenu pour chacun qui peut démontrer exercer une activité artistique régulière", selon cette missive publiée sur le site internet d'information De Standaard lundi soir.

Parmi les signatures apposées, celles de personnalités belges comme les musiciens Adamo, Angèle et Lady Lynn, les chorégraphes Anne Teresa De Keersmaeker et Sidi Larbi Cherkaoui, les actrices Veerle Baetens et Cécile de France, les réalisateurs Adil El Arbi, Bilall Fallah et les frères Dardenne.

Le secteur met en évidence dans cette lettre le manque de perspective concrète pour la reprise de milliers d'artistes et travailleurs du milieu culturel, déjà en proie à une insécurité structurelle avant la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus.

"Cela fait déjà deux mois que ces travailleurs et travailleuses perdent leur emploi, leurs projets prévus et leurs sources de revenus, dans la plupart des cas sans la moindre compensation financière", détaille le courrier.

Les signataires pointent vers les nombreuses activités du secteur qui ne peuvent se priver de présence physique et ne peuvent être menées en télétravail. Ils craignent aussi qu'une large partie de leurs activités ne puissent pas reprendre "normalement, d'une manière continue et rentable sans qu'un vaccin ne soit disponible pour la population".

Ils demandent à la Première ministre de décréter un "état d'exception", assorti de mesures dont un revenu garanti et un prolongement du droit aux allocations de chômage pour ceux qui y ont droit dans le cadre de leurs activités artistiques et un soutien financier pour les établissements culturels de sorte que tous puissent survivre à la crise.

Cette lettre ouverte, fait écho à un manifeste signé lundi par près de 10.000 travailleurs du secteur de la vie culturelle vivante belge, exigeant aussi des mesures de soutien.

Les artistes plaident pour un "état d'exception" pour le secteur, avec des "mesures extraordinaire qui garantissent un revenu pour chacun qui peut démontrer exercer une activité artistique régulière", selon cette missive publiée sur le site internet d'information De Standaard lundi soir. Parmi les signatures apposées, celles de personnalités belges comme les musiciens Adamo, Angèle et Lady Lynn, les chorégraphes Anne Teresa De Keersmaeker et Sidi Larbi Cherkaoui, les actrices Veerle Baetens et Cécile de France, les réalisateurs Adil El Arbi, Bilall Fallah et les frères Dardenne. Le secteur met en évidence dans cette lettre le manque de perspective concrète pour la reprise de milliers d'artistes et travailleurs du milieu culturel, déjà en proie à une insécurité structurelle avant la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus. "Cela fait déjà deux mois que ces travailleurs et travailleuses perdent leur emploi, leurs projets prévus et leurs sources de revenus, dans la plupart des cas sans la moindre compensation financière", détaille le courrier. Les signataires pointent vers les nombreuses activités du secteur qui ne peuvent se priver de présence physique et ne peuvent être menées en télétravail. Ils craignent aussi qu'une large partie de leurs activités ne puissent pas reprendre "normalement, d'une manière continue et rentable sans qu'un vaccin ne soit disponible pour la population". Ils demandent à la Première ministre de décréter un "état d'exception", assorti de mesures dont un revenu garanti et un prolongement du droit aux allocations de chômage pour ceux qui y ont droit dans le cadre de leurs activités artistiques et un soutien financier pour les établissements culturels de sorte que tous puissent survivre à la crise. Cette lettre ouverte, fait écho à un manifeste signé lundi par près de 10.000 travailleurs du secteur de la vie culturelle vivante belge, exigeant aussi des mesures de soutien.