Selon une journaliste de l'AFP, la médecin personnelle de M. Navalny et militante d'opposition, Anastassia Vassilieva, fait partie des quelques personnes arrêtées et embarquées dans des fourgons de police devant le camp numéro 2 de Pokrov, à 100 km à l'est de Moscou. Parmi les autres personnes interpellées figurent des médecins, des partisans de l'opposant et au moins un journaliste. Ils s'étaient rassemblés à la mi-journée devant le camp pénitentiaire où Alexeï Navalny est emprisonné. Selon un média pro-Kremlin, il a été transféré lundi dans une unité médicale face à l'aggravation de son état de santé. Le principal opposant du Kremlin de 44 ans a annoncé le 31 mars qu'il arrêtait de s'alimenter pour protester contre ses conditions de détention, accusant l'administration pénitentiaire de lui refuser des soins et de le "torturer" par privation de sommeil. Puis lundi, il a dit sur les réseaux sociaux souffrir d'une forte toux et de fièvre, en plus de douleurs au dos et de problèmes aux jambes dont il se plaint depuis fin mars. Ses partisans sont d'autant plus inquiets que l'opposant a survécu de peu à un empoisonnement en août dernier dont il impute la responsabilité au Kremlin. Avant son arrestation, Anastassia Vassilieva avait elle aussi dit être "inquiète" et venue "comprendre ce qu'il se passe" dans le camp de Pokrov. (Belga)

Selon une journaliste de l'AFP, la médecin personnelle de M. Navalny et militante d'opposition, Anastassia Vassilieva, fait partie des quelques personnes arrêtées et embarquées dans des fourgons de police devant le camp numéro 2 de Pokrov, à 100 km à l'est de Moscou. Parmi les autres personnes interpellées figurent des médecins, des partisans de l'opposant et au moins un journaliste. Ils s'étaient rassemblés à la mi-journée devant le camp pénitentiaire où Alexeï Navalny est emprisonné. Selon un média pro-Kremlin, il a été transféré lundi dans une unité médicale face à l'aggravation de son état de santé. Le principal opposant du Kremlin de 44 ans a annoncé le 31 mars qu'il arrêtait de s'alimenter pour protester contre ses conditions de détention, accusant l'administration pénitentiaire de lui refuser des soins et de le "torturer" par privation de sommeil. Puis lundi, il a dit sur les réseaux sociaux souffrir d'une forte toux et de fièvre, en plus de douleurs au dos et de problèmes aux jambes dont il se plaint depuis fin mars. Ses partisans sont d'autant plus inquiets que l'opposant a survécu de peu à un empoisonnement en août dernier dont il impute la responsabilité au Kremlin. Avant son arrestation, Anastassia Vassilieva avait elle aussi dit être "inquiète" et venue "comprendre ce qu'il se passe" dans le camp de Pokrov. (Belga)