Une centaine de panneaux publicitaires, abribus ou sucettes ont été remplacés par des affiches avec divers messages imaginés par des citoyens "ne désirant pas vendre nos temps de cerveaux disponibles aux matraquages publicitaires des multinationales", indiquent-ils dans un communiqué anonyme. "Ces publicités poussent à la surconsommation, véhiculent des stéréotypes sexistes, manipulent les petits comme les grands et font la promotion d'un mode de vie superficiel et écocidaire en plus de constituer une pollution visuelle indéniable", expliquent-ils. Les affiches qui ont été superposées aux panneaux publicitaires portent des slogans tels que "La Ville de Nanur (bien Nanur, NDLR.) fait le choix de libérer l'espace public de la publicité afin de limiter la surconsommation" ou encore "La Ville de Nanur fait le choix de libérer l'espace public de la publicité afin de protéger les enfants de son emprise". Une action similaire a été menée à Bruxelles. (Belga)

Une centaine de panneaux publicitaires, abribus ou sucettes ont été remplacés par des affiches avec divers messages imaginés par des citoyens "ne désirant pas vendre nos temps de cerveaux disponibles aux matraquages publicitaires des multinationales", indiquent-ils dans un communiqué anonyme. "Ces publicités poussent à la surconsommation, véhiculent des stéréotypes sexistes, manipulent les petits comme les grands et font la promotion d'un mode de vie superficiel et écocidaire en plus de constituer une pollution visuelle indéniable", expliquent-ils. Les affiches qui ont été superposées aux panneaux publicitaires portent des slogans tels que "La Ville de Nanur (bien Nanur, NDLR.) fait le choix de libérer l'espace public de la publicité afin de limiter la surconsommation" ou encore "La Ville de Nanur fait le choix de libérer l'espace public de la publicité afin de protéger les enfants de son emprise". Une action similaire a été menée à Bruxelles. (Belga)