Mardi dès l'aube, Sydney a été recouverte d'un nouveau voile de fumée, plus épais encore que les épisodes précédents qui se multiplient depuis le mois de novembre. La pollution de l'air a atteint un seuil 11 fois supérieur à la normale. Mercredi, plusieurs milliers de manifestants, dont la plupart portaient des masques, se sont dirigés vers le siège des autorités de la ville. Ils réclament notamment l'augmentation des moyens alloués aux pompiers. "Il y a urgence, Sydney étouffe, le New South Wales brûle. Nous exigeons des actions", a résumé depuis la manifestation le sénateur écologiste Mehreen Faruqi sur Twitter. "Une décennie de déni nous a menés à cette situation: il n'y a pas d'eau, l'état brûle, le financement des pompiers a été réduit depuis 2011 et les volontaires sont épuisés", a déploré un porte-parole des hommes du feu présent au rassemblement. (Belga)

Mardi dès l'aube, Sydney a été recouverte d'un nouveau voile de fumée, plus épais encore que les épisodes précédents qui se multiplient depuis le mois de novembre. La pollution de l'air a atteint un seuil 11 fois supérieur à la normale. Mercredi, plusieurs milliers de manifestants, dont la plupart portaient des masques, se sont dirigés vers le siège des autorités de la ville. Ils réclament notamment l'augmentation des moyens alloués aux pompiers. "Il y a urgence, Sydney étouffe, le New South Wales brûle. Nous exigeons des actions", a résumé depuis la manifestation le sénateur écologiste Mehreen Faruqi sur Twitter. "Une décennie de déni nous a menés à cette situation: il n'y a pas d'eau, l'état brûle, le financement des pompiers a été réduit depuis 2011 et les volontaires sont épuisés", a déploré un porte-parole des hommes du feu présent au rassemblement. (Belga)