Le cortège a défilé dans une ambiance conviviale. Un homme a toutefois été interpellé en fin de manifestation, peu avant 20h30, indique la police locale bruxelloise sans préciser le motif de cette arrestation.

Des représentants de la société civile, des militants du PS, du PTB et d'Ecolo, mais aussi d'une septantaine d'associations telles qu'Amnesty, le CNCD-11.11.11, Greepeace, Tout Autre Chose, Agir pour la paix ou l'asbl Coordination nationale d'action pour la paix et la démocratie (CNAPD) ont rejoint le mouvement. La communauté kurde de Belgique était également présente pour manifester son opposition à la politique du président Erdogan, et distribuait des tracts avant le départ.

De nombreux symboles étaient représentés tout au long de la marche, comme la statue de la liberté ou les bonnets de chat roses, pour faire écho au mouvement de la Women's march aux Etats-Unis, dont certains membres ont fait le déplacement à Bruxelles.

"Hey ho, Donald Trump has to go", "Solidarité avec les femmes du monde entier", "Trump go away", ont entre autres scandé les participants.

Au-delà du président américain, la politique de l'Otan en matière d'armement était encore visée par l'organisation.

Une fanfare a accueilli les militants à leur arrivée Gare du Nord, d'où ils avaient démarré en début de soirée. D'autres concerts sont prévus.

Les organisateurs se sont déclarés plus que satisfaits de la mobilisation de mercredi.

Le cortège a défilé dans une ambiance conviviale. Un homme a toutefois été interpellé en fin de manifestation, peu avant 20h30, indique la police locale bruxelloise sans préciser le motif de cette arrestation. Des représentants de la société civile, des militants du PS, du PTB et d'Ecolo, mais aussi d'une septantaine d'associations telles qu'Amnesty, le CNCD-11.11.11, Greepeace, Tout Autre Chose, Agir pour la paix ou l'asbl Coordination nationale d'action pour la paix et la démocratie (CNAPD) ont rejoint le mouvement. La communauté kurde de Belgique était également présente pour manifester son opposition à la politique du président Erdogan, et distribuait des tracts avant le départ. De nombreux symboles étaient représentés tout au long de la marche, comme la statue de la liberté ou les bonnets de chat roses, pour faire écho au mouvement de la Women's march aux Etats-Unis, dont certains membres ont fait le déplacement à Bruxelles. "Hey ho, Donald Trump has to go", "Solidarité avec les femmes du monde entier", "Trump go away", ont entre autres scandé les participants. Au-delà du président américain, la politique de l'Otan en matière d'armement était encore visée par l'organisation. Une fanfare a accueilli les militants à leur arrivée Gare du Nord, d'où ils avaient démarré en début de soirée. D'autres concerts sont prévus. Les organisateurs se sont déclarés plus que satisfaits de la mobilisation de mercredi.