"Je lance un appel à tous les habitants à évacuer les zones inondées et à quitter immédiatement les habitations qui sont en voie de s'effondrer", a déclaré à la télévision publique le gouverneur de la région de Niamey, Soumana Ali Zataoua. Deux personnes, un père et son enfant, ont péri samedi dans la chute d'un mur, selon la télévision publique. Près de 100 millimètres de pluie sont tombés en quelques heures samedi sur la capitale du Niger, ont relevé les autorités municipales. Le directeur de la Protection civile nationale, Abdoulaye Bako, a également invité les habitants "à quitter toutes les zones inondables" principalement dans le lit du Gountou-Yéna, un ancien cours d'eau "qui reprend ses droits" au c?ur de Niamey. "Plusieurs quartiers sont sérieusement menacés", a alerté M. Bako. La municipalité de Niamey a demandé aux sinistrés de se reloger temporairement dans les écoles. Les inondations ont déjà causé la mort de 41 personnes et plus de 68.000 personnes sont affectées depuis juin à travers le pays, d'après le service de la Protection civile. A la mi-mai, l'ONU avait tiré la sonnette d'alarme sur les risques de nouvelles inondations cette année. Le Niger et ses partenaires avaient déjà élaboré un "plan de soutien" de 6,5 millions de dollars. (Belga)

"Je lance un appel à tous les habitants à évacuer les zones inondées et à quitter immédiatement les habitations qui sont en voie de s'effondrer", a déclaré à la télévision publique le gouverneur de la région de Niamey, Soumana Ali Zataoua. Deux personnes, un père et son enfant, ont péri samedi dans la chute d'un mur, selon la télévision publique. Près de 100 millimètres de pluie sont tombés en quelques heures samedi sur la capitale du Niger, ont relevé les autorités municipales. Le directeur de la Protection civile nationale, Abdoulaye Bako, a également invité les habitants "à quitter toutes les zones inondables" principalement dans le lit du Gountou-Yéna, un ancien cours d'eau "qui reprend ses droits" au c?ur de Niamey. "Plusieurs quartiers sont sérieusement menacés", a alerté M. Bako. La municipalité de Niamey a demandé aux sinistrés de se reloger temporairement dans les écoles. Les inondations ont déjà causé la mort de 41 personnes et plus de 68.000 personnes sont affectées depuis juin à travers le pays, d'après le service de la Protection civile. A la mi-mai, l'ONU avait tiré la sonnette d'alarme sur les risques de nouvelles inondations cette année. Le Niger et ses partenaires avaient déjà élaboré un "plan de soutien" de 6,5 millions de dollars. (Belga)