"Azadi" ("Liberté" en persan ndrl), "Germany", scandaient des manifestants défilant le long de la route qui relie le camp détruit de Moria au port de Mytilène, chef-lieu de l'île. D'importantes forces anti-émeutes, arrivées vendredi sur l'île pour assurer l'ordre, escortaient les demandeurs d'asile. Deux fourgonnettes de la police ont bloqué la route près du port pour empêcher les demandeurs d'asile d'y accéder. Au moins neufs bataillons de policiers se sont rendus à Lesbos, selon une source policière. Les incendies de mardi et mercredi soir, qui ont détruit "la jungle" de Moria où habitaient près de 12.700 personnes, soit quatre fois plus que sa capacité initiale, ont laissé dans la rue de nombreuses familles, dont 4.000 enfants. Tout au long de la route reliant Moria au port de Mytilène, des réfugiés désespérés campaient sur les trottoirs, certains sans tentes, pour la troisième nuit consécutive. Les autorités grecques ont commencé vendredi des travaux pour installer des centaines de tentes dans une enceinte appartenant à l'État grec, à trois kilomètres du port, où doivent être transférés les sans abri. (Belga)

"Azadi" ("Liberté" en persan ndrl), "Germany", scandaient des manifestants défilant le long de la route qui relie le camp détruit de Moria au port de Mytilène, chef-lieu de l'île. D'importantes forces anti-émeutes, arrivées vendredi sur l'île pour assurer l'ordre, escortaient les demandeurs d'asile. Deux fourgonnettes de la police ont bloqué la route près du port pour empêcher les demandeurs d'asile d'y accéder. Au moins neufs bataillons de policiers se sont rendus à Lesbos, selon une source policière. Les incendies de mardi et mercredi soir, qui ont détruit "la jungle" de Moria où habitaient près de 12.700 personnes, soit quatre fois plus que sa capacité initiale, ont laissé dans la rue de nombreuses familles, dont 4.000 enfants. Tout au long de la route reliant Moria au port de Mytilène, des réfugiés désespérés campaient sur les trottoirs, certains sans tentes, pour la troisième nuit consécutive. Les autorités grecques ont commencé vendredi des travaux pour installer des centaines de tentes dans une enceinte appartenant à l'État grec, à trois kilomètres du port, où doivent être transférés les sans abri. (Belga)