Environ un millier de policiers de Rhénanie du Nord-Westphalie ont été déployés pour surveiller les marches opposées. Les autorités ont interdits les manifestants d'extrême droite de faire des déclarations qui pourraient inciter à la haine la communauté ou potentiellement perturber l'ordre public et la sécurité. Aucun acte de violence n'a été rapporté par la police dans la soirée. Parmi les contre manifestants étaient présents des membres syndicaux, de l'Eglise et d'associations civiles. Certains hissaient des pancartes où le slogan "Le Fascisme n'est pas une option mais un crime" était inscrit. La manifestation d'extrême droite était organisée à une date symbolique en Allemagne, d'une part avec la Nuit de cristal de 1938, durant laquelle synagogues et magasins juifs ont été détruits par les nazis, mais aussi d'autre part la date anniversaire de la chute du Mur de Berlin en 1989. Alors que les néo-nazis marchaient à Bielefeld samedi, des célébrations étaient aussi organisées à Berlin pour commémorer l'ouverture du Rideau de fer dans la capitale. Une minute de silence a été observée à la Porte de Brandebourg, place berlinoise emblématique, en mémoire des victimes du régime d'Allemagne de l'Est. (Belga)