"Environ 8.500 réfugiés ont spontanément quitté le camp de Lovua dans la province angolaise de Lunda Norte depuis le 18 août avec l'intention de retourner chez eux en RDC", a déclaré vendredi un porte-parole du Haut commissariat aux réfugiés (UNHCR). "Plus de 1.000 réfugiés sont déjà arrivés en RDC et beaucoup d'autres se déplacent vers les frontières avec la RDC", a ajouté ce porte-parole Andrej Mahecic depuis Genève. "Près de 30.000 réfugiés congolais qui se trouvaient en Angola sont rentrés ce vendredi 23 août en RDC", rapporte vendredi soir la radio onusienne Okapi, en citant le ministre provincial de l'Intérieur du Kasaï, Deller Kawino Ndongo. D'après le HCR, ce mouvement est dû à l'amélioration de la sécurité dans le Kasaï (sud-ouest), ravagé par un conflit civil qui a fait au moins 3.000 morts et 1,4 million de déplacés, dont 37.000 en Angola. "Le HCR mène des discussions tripartites avec l'Angola et la RDC pour mettre en place un mécanisme pour des retours volontaires, dignes et durables", ajoute l'agence des Nations unies. Le HCR appelle Kinshasa et Luanda à "éviter la situation où des milliers de réfugiés pourraient être en danger". En octobre 2018, les autorités angolaises avaient expulsé des dizaines de milliers d'étrangers. Luanda avait affirmé qu'environ 380.000 migrants clandestins, pour la plupart originaires de la RDC voisine, avaient quitté l'Angola en moins d'un mois au terme de l'opération "Transparence" de lutte contre le trafic du diamant. Kinshasa avait alors avancé le chiffre de 200.000 Congolais expulsés dont 30.000 "brutalement" avec des "pertes en vies humaines". (Belga)