"La crise de confiance est telle (...) que nous allons leur demander de quitter l'assemblée Nobel", a expliqué le secrétaire de cette assemblée, Thomas Perlmann, à l'agence de presse suédoise TT. Harriet Wallberg, ancienne doyenne de l'Institut Karolinska (KI), et son successeur Anders Hamsten comptaient parmi les cinquante membres de l'assemblée Nobel qui valide les choix de lauréats proposés par les cinq membres d'un comité idoine. Ils sont impliqués dans le scandale des opérations du chirurgien italien Paolo Macchiarini. Deux de ses patients étaient morts et un autre en était sorti très affaibli. Harriet Wallberg était la doyenne de l'Institut Karolinska au moment du recrutement du Dr Macchiarini, une embauche aujourd'hui perçue comme ayant résulté d'une grave erreur de jugement. Anders Hamsten paie quant à lui une réaction jugée trop tardive, n'ayant pas mesuré l'ampleur du scandale. L'Italien, professeur invité, célèbre pour avoir réalisé en 2011 la première greffe mondiale d'une trachée-artère artificielle recouverte de cellules souches, avait réalisé trois opérations à Stockholm. Plusieurs enquêtes, au sein de KI et dans la presse, ont révélé que ses pratiques ne respectaient pas des règles médicales et éthiques fondamentales. Il est par ailleurs visé par une enquête de la police suédoise pour homicide involontaire. Il encourt jusqu'à six ans de prison. On lui reproche en outre de n'avoir pas dit la vérité sur ses diplômes et ses titres de gloire passés. "Paolo Macchiarini a fourni des renseignements incorrects ou trompeurs dans ses CV", souligne l'institut de recherches. (Belga)

"La crise de confiance est telle (...) que nous allons leur demander de quitter l'assemblée Nobel", a expliqué le secrétaire de cette assemblée, Thomas Perlmann, à l'agence de presse suédoise TT. Harriet Wallberg, ancienne doyenne de l'Institut Karolinska (KI), et son successeur Anders Hamsten comptaient parmi les cinquante membres de l'assemblée Nobel qui valide les choix de lauréats proposés par les cinq membres d'un comité idoine. Ils sont impliqués dans le scandale des opérations du chirurgien italien Paolo Macchiarini. Deux de ses patients étaient morts et un autre en était sorti très affaibli. Harriet Wallberg était la doyenne de l'Institut Karolinska au moment du recrutement du Dr Macchiarini, une embauche aujourd'hui perçue comme ayant résulté d'une grave erreur de jugement. Anders Hamsten paie quant à lui une réaction jugée trop tardive, n'ayant pas mesuré l'ampleur du scandale. L'Italien, professeur invité, célèbre pour avoir réalisé en 2011 la première greffe mondiale d'une trachée-artère artificielle recouverte de cellules souches, avait réalisé trois opérations à Stockholm. Plusieurs enquêtes, au sein de KI et dans la presse, ont révélé que ses pratiques ne respectaient pas des règles médicales et éthiques fondamentales. Il est par ailleurs visé par une enquête de la police suédoise pour homicide involontaire. Il encourt jusqu'à six ans de prison. On lui reproche en outre de n'avoir pas dit la vérité sur ses diplômes et ses titres de gloire passés. "Paolo Macchiarini a fourni des renseignements incorrects ou trompeurs dans ses CV", souligne l'institut de recherches. (Belga)