Par le biais de cette initiative, les jeunes ont voulu démontrer que tout le monde est égal, quelle que soit l'origine, un discours important après les incidents survenus récemment à Blankenberge. Il y a une dizaine de jours, la police locale de Blankenberge/Zuienkerke avait dû faire appel à plusieurs autres zones de police pour calmer les esprits. Dix-sept personnes avaient été arrêtées administrativement et trois jeunes Bruxellois avaient également été privés de leur liberté. "D'un côté, les jeunes Bruxellois impliqués dans le projet voulaient se distancier de ces comportements et voulaient démontrer que tous les jeunes Bruxellois ne sont pas comme ça. D'un autre côté, les jeunes de notre équipe ont voulu montrer que tout le monde est sensibilisé de la même manière au respect des mesures Covid et qu'il n'y a pas de discrimination", explique la bourgmestre Daphné Dumery (N-VA), précisant que l'expérience s'est révélée "positive". (Belga)

Par le biais de cette initiative, les jeunes ont voulu démontrer que tout le monde est égal, quelle que soit l'origine, un discours important après les incidents survenus récemment à Blankenberge. Il y a une dizaine de jours, la police locale de Blankenberge/Zuienkerke avait dû faire appel à plusieurs autres zones de police pour calmer les esprits. Dix-sept personnes avaient été arrêtées administrativement et trois jeunes Bruxellois avaient également été privés de leur liberté. "D'un côté, les jeunes Bruxellois impliqués dans le projet voulaient se distancier de ces comportements et voulaient démontrer que tous les jeunes Bruxellois ne sont pas comme ça. D'un autre côté, les jeunes de notre équipe ont voulu montrer que tout le monde est sensibilisé de la même manière au respect des mesures Covid et qu'il n'y a pas de discrimination", explique la bourgmestre Daphné Dumery (N-VA), précisant que l'expérience s'est révélée "positive". (Belga)