Après les grèves de l'école et les manifestations pour le climat, ces jeunes ne pouvaient manquer la COP25, où près de 200 pays mènent des négociations assez techniques, qui semblent parfois assez éloignées des appels du monde extérieur à un relèvement des ambitions et à une action immédiate pour lutter contre le réchauffement climatique. En l'absence des figures de proue Adelaïde Charlier et Anuna De Wever, qui n'ont pu rallier la COP à temps, car celle-ci devait initialement se dérouler au Chili et non dans la capitale espagnole, une demi-douzaine de jeunes représentants de "Youth for climate" ont profité de la présence de la ministre fédérale Marie Christine Marghem et des ministres régionaux pour rencontrer ces derniers et faire passer leur message. "On a beaucoup d'attente et on continuera à marcher dans la rue tant que l'on ne sera pas rassuré", a déclaré Louise Rosoux, 18 ans, à l'agence Belga. "La rencontre avec les ministres s'est bien passée. On verra dans le plan énergie-climat (le Pnec, NDLR) si les ambitions sont toujours assez hautes", a ajouté sa collègue de "Youth for climate", Jasmijn Defize, 19 ans. (Belga)

Après les grèves de l'école et les manifestations pour le climat, ces jeunes ne pouvaient manquer la COP25, où près de 200 pays mènent des négociations assez techniques, qui semblent parfois assez éloignées des appels du monde extérieur à un relèvement des ambitions et à une action immédiate pour lutter contre le réchauffement climatique. En l'absence des figures de proue Adelaïde Charlier et Anuna De Wever, qui n'ont pu rallier la COP à temps, car celle-ci devait initialement se dérouler au Chili et non dans la capitale espagnole, une demi-douzaine de jeunes représentants de "Youth for climate" ont profité de la présence de la ministre fédérale Marie Christine Marghem et des ministres régionaux pour rencontrer ces derniers et faire passer leur message. "On a beaucoup d'attente et on continuera à marcher dans la rue tant que l'on ne sera pas rassuré", a déclaré Louise Rosoux, 18 ans, à l'agence Belga. "La rencontre avec les ministres s'est bien passée. On verra dans le plan énergie-climat (le Pnec, NDLR) si les ambitions sont toujours assez hautes", a ajouté sa collègue de "Youth for climate", Jasmijn Defize, 19 ans. (Belga)