"Grève, blocage, Macron démission", scandaient les manifestants refusant de quitter leurs "gilets jaunes" comme leur demandaient les organisateurs de la Techno parade. "La rue est à tout le monde!", a justifié un "gilet jaune", tandis que d'autres manifestants criaient "Castaner démission". "Nous n'avons pas invités les gilets jaunes. On regrette cette récupération", explique Tommy Vaudecrane, président de Technopol, l'association historique de défense des musiques électroniques qui a créé la Techno Parade en 1998 avec le soutien de l'ex-ministre de la Culture Jack Lang. Vitrine annuelle des musiques et cultures électroniques, le défilé la 21e Techno Parade, plus revendicatif que jamais, a pris cette année pour mot d'ordre "Dansons pour Steve" en hommage au "teufeur" de 24 ans retrouvé noyé dans la Loire. En témoigne la banderole de tête portant le nom de Steve accompagné de dessins de CRS utilisant des gaz lacrymogène et des pancartes "justice pour Steve". Derrière, le char du collectif des free parties réclame des "fêtes libres". (Belga)