Au total, 65 entreprises et groupements professionnels ont été les premiers signataires du nouveau code de conduite de l'UE pour des pratiques commerciales et marketing responsables. De ce fait, ces entreprises prennent ou confirment des engagements en matière de bien-être animal, réduction de la présence de sucre dans leurs produits, réduction des émissions de gaz à effet de serre, etc. Les entreprises rendront compte de leurs progrès en soumettant un résumé de leur rapport de durabilité chaque année avant fin avril, notamment pour s'assurer que les mesures annoncées ne relèvent pas du "greenwashing" (éco-blanchiment). La Commission espère aussi faire signer des PME en échange de conseils et d'aides pour la transition verte. Instrument volontaire, ce code de conduite s'ajoute aux diverses législations et règlements en la matière. "Compte tenu du rôle clé que jouent les acteurs du milieu de la chaîne alimentaire - fabricants de denrées alimentaires, commerce de détail et services de restauration - tant en amont qu'en aval, il est essentiel de compléter les propositions législatives par des initiatives volontaires et non réglementaires s'adressant aux pionniers du secteur désireux de soutenir la transition écologique", a commenté la Commission. (Belga)

Au total, 65 entreprises et groupements professionnels ont été les premiers signataires du nouveau code de conduite de l'UE pour des pratiques commerciales et marketing responsables. De ce fait, ces entreprises prennent ou confirment des engagements en matière de bien-être animal, réduction de la présence de sucre dans leurs produits, réduction des émissions de gaz à effet de serre, etc. Les entreprises rendront compte de leurs progrès en soumettant un résumé de leur rapport de durabilité chaque année avant fin avril, notamment pour s'assurer que les mesures annoncées ne relèvent pas du "greenwashing" (éco-blanchiment). La Commission espère aussi faire signer des PME en échange de conseils et d'aides pour la transition verte. Instrument volontaire, ce code de conduite s'ajoute aux diverses législations et règlements en la matière. "Compte tenu du rôle clé que jouent les acteurs du milieu de la chaîne alimentaire - fabricants de denrées alimentaires, commerce de détail et services de restauration - tant en amont qu'en aval, il est essentiel de compléter les propositions législatives par des initiatives volontaires et non réglementaires s'adressant aux pionniers du secteur désireux de soutenir la transition écologique", a commenté la Commission. (Belga)