Au sein du MR aussi, des voix s'élèvent pour regretter l'occasion manquée de la première moitié de législatu...

Au sein du MR aussi, des voix s'élèvent pour regretter l'occasion manquée de la première moitié de législature : oui, la suédoise a réformé au pas de charge, mais elle aurait notamment dû adopter des textes pour responsabiliser davantage syndicats et mutuelles, entend-on. Un regret mâtiné de considération politique : Charles Michel ne serait pas assez soutenu par son vice-Premier, Didier Reynders, et les états d'âme à répétition du CD&V commenceraient à insupporter les libéraux. Une législature n'est jamais un long fleuve tranquille.