Les procès verbaux n'ont pas encore été rédigés, précise encore ce porte-parole de la zone de police. Il n'y a pas eu de nouvelles arrestations. Le porte-parole du parquet de Bruxelles ajoute qu'aucune information ne lui est encore parvenue. Deux arrestations judiciaires ont été effectuées au moment des faits. L'une des deux personnes fait l'objet d'une comparution directe devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. L'individu est convoqué le 1er février prochain au tribunal correctionnel de Bruxelles, pour outrage, menaces et rébellion. La seconde, déférée devant le juge d'instruction, a été inculpée pour outrage, menaces et rébellion mais libérée sous conditions. La police avait dû intervenir dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, principalement aux alentours de la station de métro Etangs Noirs, face à des jeunes ayant bouté le feu à des déchets et à une voiture. Des individus avaient aussi brisé les vitres de trois commerces et pillé une pharmacie. La police et les pompiers dépêchés sur les lieux des incidents avaient été victimes de jets de pierres, qui ont endommagé quatre véhicules de police et deux véhicules des pompiers. Sur la même commune, trois voitures ont été détruites par les flammes dans la même nuit, dans la rue de Ribaucourt. Deux façades d'habitation ont subi des dégradations. Ces incidents ont donné lieu à une vingtaine d'arrestations administratives et deux arrestations judiciaires. (Belga)

Les procès verbaux n'ont pas encore été rédigés, précise encore ce porte-parole de la zone de police. Il n'y a pas eu de nouvelles arrestations. Le porte-parole du parquet de Bruxelles ajoute qu'aucune information ne lui est encore parvenue. Deux arrestations judiciaires ont été effectuées au moment des faits. L'une des deux personnes fait l'objet d'une comparution directe devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. L'individu est convoqué le 1er février prochain au tribunal correctionnel de Bruxelles, pour outrage, menaces et rébellion. La seconde, déférée devant le juge d'instruction, a été inculpée pour outrage, menaces et rébellion mais libérée sous conditions. La police avait dû intervenir dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, principalement aux alentours de la station de métro Etangs Noirs, face à des jeunes ayant bouté le feu à des déchets et à une voiture. Des individus avaient aussi brisé les vitres de trois commerces et pillé une pharmacie. La police et les pompiers dépêchés sur les lieux des incidents avaient été victimes de jets de pierres, qui ont endommagé quatre véhicules de police et deux véhicules des pompiers. Sur la même commune, trois voitures ont été détruites par les flammes dans la même nuit, dans la rue de Ribaucourt. Deux façades d'habitation ont subi des dégradations. Ces incidents ont donné lieu à une vingtaine d'arrestations administratives et deux arrestations judiciaires. (Belga)